Projet EAU

A ce jour, les seules ressources en eau sont les suivantes :
- Récupération individuelle d'eau de toiture dans des réserves en ciment alimentées par gouttières, ces réserves couvrent à peine les courtes périodes pluvieuses. L'année 2015 a été particulièrement déficitaire.

- Recueil d'eau stagnante dans une mare ("marigot") creusée par les habitants et distante du village d'environ 800 m. Les villageois rentrent dans l'eau pour remplir bassines et bidons d’une eau troublée et infectée et assurent les transports sur la tête.

 

Dès les mois de janvier février et jusqu'en mai, la mare étant asséchée, les habitants sont obligés de se rendre à 5 km du village (souvent 2 fois par jour ce qui représente 20km) dans un marigot plus important pour y recueillir une eau tout aussi impropre à la consommation. Dans cette mare, il est à noter la présence de caïmans mais sans incident majeur ainsi que l'abreuvement de troupeaux de bœufs qui y défèquent. Les habitants utilisent des filtres en tissu contre les vers de Guinée mais qui ne rendent pas l'eau pour autant consommable.

 

En période de sécheresse, la course à l'eau induit de nombreux conflits surtout entre femmes et occupe la quasi totalité du temps sans parler des risques de blessures ou de morsures de vipère tout au long de l'acheminement.

 

L'assainissement

Sur le plan national, la proportion des personnes n’ayant pas accès aux latrines est de 68 % en milieu rural et de 23 % en milieu urbain. À l'échelle régionale qui nous concerne, la proportion est encore plus élevée puisqu’elle atteint 84,4 %.
Face à ces constats, le Togo, lors du Sommet de Washington en 2012, s'est engagé à améliorer son taux de couverture nationale en latrines.

Récemment, grâce en partie à des cofinancements extérieurs, 4 villages dans la région des plateaux ont été équipés et ont reçu une attestation « de fin de défécation à l'air libre ».

Latrine des villages dans la région des plateaux
Latrine des villages dans la région des plateaux

Le village de Kodzé n’est pas concerné par un tel programme.
Les habitants ne disposent d'aucune latrine, ce qui entraîne nuisance, pollution et maladies hydriques.

LE PROJET d'APV Togo

En matière d’eau potable, l’eau de boisson est reconnue comme un droit humain fondamental (Nations Unies, novembre 2002).

Toute personne doit pouvoir avoir accès à une eau en quantité et en qualité suffisantes en vue d’améliorer ses conditions de vie, et plus spécifiquement les conditions de santé des populations et particulièrement celles des femmes et des enfants.

S’il y a crise de l’eau, il y a crise du développement. Sans l’eau, élément vital, les populations sont exposées à la maladie et à la pauvreté.

Dans le village, nous avons pu constater les conséquences liées à l’absence d’eau potable tant en matière de santé, de mobilisation des énergies, de l’absentéisme scolaire pour portage d’eau. La population pose la recherche d’eau potable comme l’action prioritaire à mener.

Les habitants ont opté pour un forage et un équipement en pompe manuelle pour limiter les coûts d’entretien. Des études géophysiques ainsi que d’autres forages réalisés sur le secteur démontrent le bien fondé de ce choix.

L’assainissement (construction de latrines) et l’éducation à l’hygiène seront menés parallèlement afin d’assurer une bonne gestion de la ressource eau.

Exemple d'installation que l'association voudrait réaliser

Notre projet :

- Réalisation d’un forage
- Construction de latrines et de poste de lavage des mains
- Education à l’hygiène

Pour ce faire, nous avons besoin de votre participation.
Un financement participatif sur Ulule (objectif atteint) a permis de constituer un apport pour l’appel à financement des bailleurs de fonds publiques.
Mais les dons des particuliers restent les bienvenus tant les besoins sont importants.

 Le projet "Accès à l'eau et à l'Assainissement" est entièrement finalisé !

Les 500 habitants du village de Kodzé disposent désormais d'eau potable en abondance au cœur du village grâce à la réalisation d'un forage et d'un château d'eau.

Grâce à nos partenaires : L'agence de l'eau Adour Garonne, le conseil départemental de la Dordogne, l’institut Robin des Bois Suisse et aux nombreux donateurs, le village de Kodzé, 500 habitants dont près de la moitié a moins de 18 ans, a des conditions de vie nettement améliorées.

Dordogne Périgord

Le département Dordogne
Le département Dordogne
Adour Garonne
Adour Garonne
Institut Robin des Bois
Institut Robin des Bois

L’eau a été trouvée à 120 mètres de profondeur, sous leurs pieds, en plein cœur du village. Après la mise en place du forage et de la pompe, un château d’eau d’une capacité de 3000 litres permet la distribution de l’eau dans un espace aménagé par les habitants.

Petit rappel, les femmes et les enfants faisaient 10 kms pour aller  recueillir dans une mare où déféquaient des bœufs, une bassine d’eau impure engendrant de nombreuses maladies et de la mortalité infantile. Vous imaginez leur bonheur ! Les femmes sont désormais disponibles pour des activités rémunératrices, et les enfants ont une scolarité régulière.

Pour une bonne gestion de l’eau, il est indispensable de mettre en place un système d’assainissement. Quatre latrines sèches (1 par quartier) ont été construites, toilettes qui permettent la récupération des matières et de l’urine pour utilisation en engrais. Des séances d’éducation à l’hygiène ont eu lieu pour une saine utilisation, en prévention des maladies transmissibles. Les postes de lavage des mains sont installés près des latrines.

Toutes ces installations sont pérennes grâce aux différents comités de gestion, de suivi technique. Chaque responsable de quartier est responsable d’une latrine.